Ce site utilise des cookies techniques nécessaires et analytiques.
En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

MESSAGE DU MINISTRE TAJANI POUR LA JOURNEE DE L’AFRIQUE

Nous célébrons aujourd’hui la Journée de l’Afrique et le 60e anniversaire de l’Organisation de l’Unité Africaine, fondée le 25 mai 1963 et devenue l’Union Africaine en 2002.

L’Afrique, un continent proche de nous, trop souvent oublié, sur lequel le gouvernement italien veut attirer l’attention de toute la communauté internationale.

Pour ce faire, notre interlocuteur privilégié est l’Union Africaine, qui a beaucoup œuvré pour promouvoir la paix et la stabilité du continent et pour stimuler la croissance économique, notamment à travers l’ambitieux projet de création d’une zone de libre-échange qui reliera 1,3 milliard de personnes.

L’Italie souhaite développer un partenariat d’égal à égal avec les Pays africains, sur la base d’objectifs de croissance partagés et d’avantages mutuels.

C’est dans ce contexte que s’inscrit ce que nous appelons le « Plan Mattei », une contribution italienne à un projet plus large d’investissements européens, le « Plan Marshall ».

Le Plan Mattei vise à soutenir des secteurs stratégiques pour l’Italie, tels que l’agro-industrie, la transition énergétique, la création d’emplois, la protection du patrimoine culturel et identitaire, tout en soulignant l’importance du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

L’Italie est un pont naturel entre l’Europe et l’Afrique.

C’est pour cela que nous voulons devenir une plaque tournante de l’énergie en Méditerranée, en reliant l’offre énergétique africaine à la demande européenne.

En octobre, conformément à cette vision, nous accueillerons la conférence Italie-Afrique, afin de promouvoir des initiatives à tous les niveaux : politique, économique, culturel.

L’Italie est consciente que l’avenir de l’Afrique repose sur les jeunes générations.

C’est pour cela que nous considérons qu’il est crucial de partager les connaissances et expériences de notre système éducatif et académique, afin de former les jeunes générations qui dirigeront le continent.

Nous sommes également très préoccupés par les situations de crise, en particulier leurs répercussions humanitaires : le conflit armé au Soudan, la crise économique en Tunisie, l’instabilité en Libye et la vague de migrants irréguliers qui continue d’affluer sur les côtes italiennes.

Je suis personnellement ces dossiers et maintiens un contact direct avec nos partenaires internationaux pour faciliter la recherche de solutions communes et opportunes.

Comme l’a démontré la Conférence sur la Corne de l’Afrique que nous avons co-organisée avec les Nations unies, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Qatar, l’Italie est à l’avant-garde pour maintenir l’attention internationale sur le continent africain.

Nous continuerons à le faire pendant notre présidence du G7, l’année prochaine.

Je tiens donc à remercier les serviteurs de l’État italien, les diplomates, les militaires, les médecins, les missionnaires, les universitaires, les chefs d’entreprise, les entrepreneurs et les bénévoles – qui, chaque jour, travaillent côte à côte à nos amis africains pour développer potentiel extraordinaire du continent et pour créer un avenir de prospérité.

Nous voulons rapprocher l’Afrique de l’Italie et contribuer à créer un développement et une croissance partagés.

Comptez sur moi, comptez sur le Ministère des Affaires Etrangères et le Gouvernement italien pour atteindre cet ambitieux objectif commun.